vendredi 23 mars 2018

Cet été, à Vertheuil (France), le REGGAE SUN SKA FESTIVAL organisé par Jimmy CLIFF.

L’image contient peut-être : texte


Organisé par :




Tickets on sale now  :


Reggae Sun Ska is one of Europe's biggest and best reggae music festivals, held in southwestern France. Regularly boasting lineups that combine legends of the genre with modern superstars, the festival is a feast of reggae, roots, dub, ska, dancehall, ragga and more.

DJs, singers, MCs and musicians come together in the sunny south of France for the three day celebration, as reggae fans from across the continent relish the opportunity to see some of the scene's most revered and respected figures. 

Reggae Sun Ska enters its third decade this summer, and after recent editions in Bordeaux the festival will now settle into a new home in Vertheuil to begin the next chapter of its ongoing story.

La PIERRE D’ANGLE du breton et martiniquais José LE MOIGNE.

Ma terre d’aube
hésite quelquefois
à saisir son passé

matière d’infini
à s’exiler hors de la bouche
les mots grincent

cependant la maison
garde le souvenir 
de ce qui fut inscrit

la pierre s’appartient
rien de vraiment facile
pas même l’imprononcé


Aidée par le silence
habité des rivières

dans l’espace guéable
que la pluie effiloche

la mort à terme échu
remonte la vallée


Car il y a toujours
des lieux de solitude

où la lumière se joue
de l’imprécis des portes

où la mémoire érige
des forteresses graves

glacis à dénombrer
les racines du temps



jeudi 22 mars 2018

U.S : BREAKING: Sacramento Police release video of Stephon CLARK shooting

Stephon Clark should be alive today and we call on District Attorney Anne Marie Shubert  to commit to real justice for his community.

Video evidence does not confirm the false narrative spun by Sacramento Police Department. Demand accountability !

On Sunday night, March 18, 22-year-old Stephon “Zoe” Clark was shot 20 times by Sacramento police officers in his own backyard.We demand justice for Zoe.

We don’t yet know their names, but we know these cops are liars. First, they claimed Stephon had a gun and that they feared for their lives. Then they changed their story and said he had a toolbar and they were responding to a report of someone in the area breaking windows. As if that was an offense worthy of murder. These cops just can’t get their story straight, but the facts are out : the only item recovered at the scene was Stephon’s cell phone.

Video evidence confirms that they did not identify themselves as police officers.2 Even more troubling, officers began shooting within moments of encountering Stephon. And perhaps the most damaging : all officers present conspired to mute their microphones but are shown on camera to continue speaking to each other. "Hey, mute," one commanded the rest.3 

The video does not confirm that Stephon was the suspect the police were looking for. Helicopter footage begins at him jumping a fence, not breaking cars windows as it is alleged. Stephon was killed over some broken windows because he was Black and wore a hoodie. He “fit the description.” The police profiled him and have woven a false narrative into every public statement so far. This attempt at publicly criminalizing victims and deflecting scrutiny from the police is a tactic straight out of the police misconduct playbook. They know that as long as they stick to line of “fearing for their lives,” then they’re in the clear. They know that the system works for them.

Accountability for killer cops cannot come only when the officer has a black face and the victim is white, as with the recent conviction of a Minnesota cop4.

District Attorney Shubert has a history of failing to prosecute killer cops.5 The officers who murdered Dazion Flenaugh and Joseph Mann are free today because of her choices.6 Further, she has been criticized for failing to bring charges against Sheriff Scott Jones when he blatantly broke the law.7 We are determined that Stephon Clark’s family will not suffer the same fate and the pain of ongoing injustice.

District attorneys are one of the most powerful figures in the mass incarceration machine. They decide who to prosecute and what the charges should be. They can use their discretion to brings charges at any point in the aftermath of a police shooting. We can no longer accept prosecutors that are not willing to commit to real justice for Black communities and admit that there’s a problem with the status quo.

If the District Attorney believes her inaction will somehow fly under the radar, let us put her on notice. We see you, Shubert.

A vigil was recently held for Stephon and his family grieves with his community. There is an outpouring of outrage and sadness all across social media. News of a Black man shot in his own yard has been picked up nationally and internationally.The injustice is readily recognizable and Stephon’s story has touched a chord. We are done.

Black death and the pain in our communities will not be ignored or go without consequences. Across the country, communities are building momentum around police and prosecutorial accountability. In Philadelphia, folks came together, demanded reform, and a District Attorney who could deliver. They've pushed Larry Krasner, one of the most progressive prosecutors in the country, to decriminalize marijuana possession, end cash bail for minor offenses, and release a list of bad cops in Philly in just a couple of months.8 We must come together to demand more from the DA in Sacramento--we are not letting Shubert off the hook.

Until justice is real,

Clarise, Rashad, Arisha, Scott, Enchanta, Anay, Malaya, Katrese, Kristen, Marena, Marybeth, Tamar, Lorran, and the rest of the Color Of Change team

References :

1. "Sacramento Man Fatally Shot by the Police in His Backyard." New York Times, 21 March 2018
2. "Updated: 'Show me your hands.' Police video shows death of Stephon Clark in a hail of gunfire." Sacramento Bee, 21 March 2018.
3. "Police Release Videos of Fatal Shooting of Unarmed Black Man." The New York Times, 22 March 2018.
4. "Minneapolis Officer Charged With Murder in Australian Woman's Death" The New York Times, 20 March 2018.
5. "District attorney clears Sacramento police in controversial shooting of Joseph Mann." Sacramento Bee, 27 January 2018.
6. "DA clears police officers in shooting of armed mentally ill man in south Sacramento." Sacramento Bee, 13 January 2018.
7. "Sheriff's concealed weapons flap heats up DA's race." Sacramento Bee, 12 January 2018.
8. "Philadelphia DA Larry Krasner Promised a Criminal Justice Revolution. He’s Exceeding Expectations." The Intercept, 20 March 2018. 

Color Of Change is building a movement to elevate the voices of Black folks and our allies, and win real social and political change. Help keep our movement strong.

Mauritanie : en PRISON pour leur LUTTE CONTRE L'ESCLAVAGE !

Amnesty International Belgique Francophone

Signer en ligne
22 mars 2018


En prison pour avoir dit non à l’esclavage


Malgré son abolition en 1981 et sa criminalisation en 2007, l’esclavage est toujours une réalité pour des milliers de personnes en Mauritanie. Les esclavagistes sévissent en toute impunité. Depuis des années, les militants Moussa Bilal Biram et Abdellahi Matalla Saleck se battent contre ce fléau. Pour les punir de leur combat, les autorités les ont condamnés sans preuve pour « incitation à des émeutes et à une rébellion violente contre le gouvernement » et ils croupissent depuis plus d’un an dans une prison au beau milieu du désert du Sahara. La prison, qui accueille généralement des condamnés à mort, est difficilement accessible et située dans une région peu sûre du pays. Moussa et Abdellahi ne peuvent recevoir de visites ni de leurs avocats ni de leurs proches. Durant leur détention, ils auraient été torturés. Leurs blessures indiquent qu’ils ont été attachés dans des positions douloureuses pendant plusieurs heures.
Ces défenseurs des droits humains ont eu le courage de dénoncer haut et fort l’esclavage en Mauritanie, et voilà leur récompense : arrestation et condamnation arbitraires, torture, isolement extrême. Signez notre pétition pour demander au gouvernement mauritanien leur libération immédiate !
Partager sur Facebook
Tweeter à vos amis
Partager sur Google Plus
Envoyer à vos amis
Suivez-nous :


TEL : 02/538.81.77

Littératures de l'Océan Indien : à découvrir...

Les littératures francophones de 

l'archipel des 


Voici un ouvrage issu du premier colloque organisé au Centre Universitaire de Mayotte et qui analyse scientifiquement notre corpus littéraire francophone. C'est un excellent coup de projecteur sur les écrivains de Mayotte, des Comores mais aussi un aperçu de la littérature malgache, réunionnaise et mauricienne
Il a sa place dans vos bibliothèques personnelles.

Lecture (sociologie) : Jean-François AMADIEU, " LA SOCIÉTÉ DU PARAÎTRE – LES BEAUX, LES JEUNES…ET LES AUTRES ", Odile Jacob, 2016 .

Spécialiste de l’étude des discriminations et exclusions, déjà auteur du fameux ouvrage Le Poids des apparences, le chercheur et conseiller scientifique au ministère français du Travail Jean-François AMADIEU nous offre ici un livre salutaire, qui est aussi un véritable cri d’alarme.
Non, les mises à l’écart, les invisibilités, les stigmatisations courantes ne se contentent pas de porter sur la couleur de la peau, le phénotype, les particularités culturelles et religieuses, la différence entre les sexes et ce que l’on désigne par le terme d’homophobie, bien loin s’en faut.
De plus en plus, depuis déjà pas mal d’années – et à l’échelle planétaire quoique du fait du « rouleau compresseur » de l’influence techno-culturelle occidentale – elles se focalisent aussi sur l’âge avancé (au-delà de 35 ans !), sur les « imperfections » d’ordre physique (même minimes), parmi lesquelles les plus importantes sont, on le sait sans même avoir besoin d’ouvrir un traité de sociologie, les « kilos en trop » (obésité, surpoids), la taille réduite assortie d’un aspect chétif, ou encore ce que l’on juge être une non-conformité de type vestimentaire ou cosmétique.
La « beauté » et la séduction standards, à présent, règnent en maîtresses totalitaires sur une société qui se prétend libre alors qu'elle est, en réalité, subtilement et massivement, abusivement manipulatrice.
Minceur – blondeur – jeunesse – forme olympique (à relier au sacro-saint dynamisme) – belle gueule…toutes les chances sont de ce côté-là, et nulle part ailleurs. Chances sexuelles, affectives, récréatives (la sélection à l’entrée des boîtes de nuit selon le look) – ou avantages professionnels (tant en termes d’atouts à l’entretien d’embauche que d’écarts de salaires et de sécurité de l’emploi).
Les responsables, on les connait ; mais notre auteur nous les rappelle : la pub, la télévision et les journaux, les médecins et Internet (avec les réseaux sociaux).
Pour être embauché ou être « montré », montrable, il faut, surtout dans les mégapoles telles que Paris, être aussi lisse que les « models » de papier glacé des magasines à gros tirage (modèles dans tous les sens du terme).
Résultat : le commun des mortels, le citoyen lambda, quelconque ou le quidam désargenté, autant dire la grande majorité des membres de l’espèce humaine se sent exclu, voire « ghettoïsé », car pas assez photogénique !
Le capital - beauté vient s’ajouter au capital - richesse, au capital - pouvoir et au capital – diplômes dans la (courte) liste des associés à la notion d’élite (ce qui, autrefois, n’était pas le cas). Plus que jamais, le paraître, le masque séducteur hyper peaufiné et forcément superficiel a le dessus sur l’être, et même sur les compétences d’un individu. Pressés, hédonistes, les gens, en particulier les recruteurs « flashent » comme des appareils photo, sous l’empire de l’immédiateté et de l’esthétisme « modernes ».
A tel point qu’on commence à prendre la pleine mesure de l’absurdité presque comique de ce culte de l’image et de son caractère souvent contre-productif, notamment dans le monde de l’entreprise.
Et l’expérience des séniors ?
Et les aptitudes de certaines personnes, appréhendées comme disgracieuses, si ce n’est affligées d’un handicap ? BARBARA, Serge GAINSBOURG et Jacques BREL auraient-ils, de nos jours, la moindre chance d'entamer la carrière qui a été la leur (avec tout le talent qu'on connait) ?
D’un point de vue féministe, les femmes ne sont-elles pas lourdement pénalisées par ce « racisme » anti-kilos obsessionnel et par ce mascara obligatoire ? Si, les statistiques le prouvent bien, de même que les testings.
Quant aux gens de couleur ou aux personnes dites « typées », n’en auront-ils pas un jour marre de cette injonction qui pèse sur eux d’éclaircir leur teint, de blondir et de lisser leurs cheveux, de débrider leurs yeux, de ressembler à tout prix à OBAMA, à ROSELMACK, ou à « la charmante » Audrey PULVAR ?
Où est la « liberté » si la liberté élémentaire, celle d’être soi-même en face des yeux de l’autre n’est pas reconnue ? Et où est l’authenticité ? Jamais la vie sociale n’a été à ce point assimilable à une comédie.
Et, comme le fait également ressortir l’auteur, où est le Vivre ensemble – où est cette diversité dont on nous rebat tant les oreilles ? Qu’est-ce que cette société, en un mot ?
Le livre est, certes, un peu austère (nombreuses statistiques, graphiques), mais son sérieux nous impressionne. Nous ne pouvons, si nous ne l’étions pas déjà bien avant (ce qui est mon cas) qu’en ressortir nettement convaincus.

P. Laranco.

mercredi 21 mars 2018

Les déchets plastiques de STARBUCKS.

Starbucks n'a pris aucune mesure effective pour réduire ses déchets plastiques. En fait, ses célèbres gobelets à café blancs sont presque impossibles à  recycler !

A quelques heures de l'Assemblée Générale de ses actionnaires,dénonçons la responsabilité du géant du café dans la pollution plastique de nos océans en postant des tonnes de messages sur Twitter

Starbucks a construit un empire à partir de ses célèbres gobelets blancs et de la culture du déchet plastique. Et nos océans en paient le prix fort aujourd’hui.
Partout dans le monde, nos eaux sont pleines de déchets plastiques. Les scientifiques ont découvert que les fonds marins à travers le monde sont recouverts d'innombrables petits fragments de plastique, tuant mammifères marins et poissons.
Jusqu'à présent, Kevin Johnson, le PDG de Starbucks, n'a pris aucune mesure effective pour réduire ses déchets et continue de distribuer ses célèbres gobelets en papier blanc quasiment impossibles à recycler en raison de leur revêtement plastique.

Nous sommes à un moment crucial dans la lutte mondiale contre la pollution plastique. Et les gobelets à usage unique de Starbucks recouverts de plastique ainsi que leurs fameuses pailles vertes font intégralement parties du problème.
De minuscules fragments de plastique, provenant d'articles comme le revêtement des gobelets à café, mettent en danger les poissons, même ceux qui se nourrissent par filtration, comme les baleines et les requins pèlerins. Les scientifiques ont découvert que l'absorption de microplastiques pouvait bloquer leur capacité à absorber les nutriments et avoir des effets secondaires toxiques. Les preuves montrent également que cette contaminationmet en danger les espèces de mammifères marins, dont beaucoup vivent longtemps et laissent peu de progénitures.
Nous n'avons pas une minute à perdre pour pousser Starbucks vers le changement. Le géant du café ouvre un nouveau magasin toutes les 15 heures en Chine.
Vous avez en ce moment même une énorme opportunité d'exercer une pression directe sur le PDG Kevin Johnson.Plus nous envoyons de tweets à Starbucks, plus nous pouvons les pousser à agir dans le bon sens.

Des entreprises du monde entier annoncent actuellement des mesures importantes pour empêcher des milliards de tonnes de déchets plastiques de finir dans les décharges et les océans.
Le géant de la restauration rapide McDonald's s'est récemment engagé à fabriquer tous ses emballages - y compris les sacs, les pailles et les gobelets à café - à partir de matériaux recyclés ou renouvelables à 100 % d'ici 2025. Alors, pourquoi Starbucks n'intensifie-t-il pas ses efforts malgré des années de discours sur le développement durable ?
Nous savons qu'avec suffisamment de pression publique, Starbucks suivra l'exemple de McDonald's.

Agissons maintenant.

Merci pour tout ce que vous faites,

Rebecca, Leyla et toute l'équipe de SumOfUs

Plus d'informations :


SumOfUs est une communauté de personnes engagées pour contrebalancer le pouvoir grandissant des entreprises à travers le monde. Nous voulons acheter, travailler et investir dans des entreprises qui ne nuisent pas à l’environnement, traitent convenablement leurs salariés et respectent les droits humains. Et nous n’avons aucune crainte à nous lever contre ces entreprises quand elles ne se conforment pas à ces principes.
Aidez SumOfUs à renforcer ses campagnes en faisant un don de 3 € ou devenez un membre-clé en optant pour un don mensuel régulier.